menu

La microtechnique aux SwissSkills

#APPRENTISSAGE L’industrie horlogère se lance dans les championnats suisses des métiers pour les apprentis micromécaniciens CFC et dessinateurs en construction microtechnique CFC. Un évènement important qui permettra à la branche de promouvoir ses activités.

Pour la première fois en 2020, un titre de champion suisse sera décerné à un micromécanicien CFC et un dessinateur en construction microtechnique CFC. Après deux éditions dans des rôles limités à des démonstrations, ces métiers vont se lancer dans la compétition à l’occasion des SwissSkills, événement national qui se déroulera du 9 au 13 septembre de l’année prochaine à Berne. La Convention patronale de l’industrie horlogère suisse (CP) passe ainsi à la vitesse supérieure dans la promotion de ses professions.

Vent de fraîcheur

«C’est une belle opportunité de promouvoir la branche, lance Séverine Favre, responsable du service Formation professionnelle au sein de la CP. Nous aimerions inciter les jeunes et les parents à découvrir ces métiers. Les gens ont peut-être l’impression qu’ils sont vieillissants. Je pense que cette compétition va permettre de démontrer leur attractivité et de prouver qu’il y a de réelles perspectives d’emploi et de carrière.»

«La majorité des classes de Suisse romande viennent visiter cette manifestation, poursuit Ludovic Voillat, responsable du service Communication et Digital à la CP. C’est donc une vitrine importante pour nous et c’est tout naturellement que nous avons voulu y intensifier nos activités.»

Si l’industrie a décidé de franchir le pas, les métiers horlogers à proprement parler resteront quant à eux en mode démonstration. «Il existe suffisamment de concours à travers la Suisse pour les apprentis horlogers. Cela n’aurait pas beaucoup de sens d’en ajouter un», explique le responsable.

Des sélections régionales

Dans la capitale helvétique, les douze meilleurs apprentis auront la chance de se frotter les uns aux autres dans le but de décrocher le titre de champion national. Avant cela, tout un processus de sélections est mis en place pour ces apprentis CFC de troisième et quatrième années. Les six principales écoles professionnelles techniques dispensant ces formations sélectionneront elles-mêmes les meilleurs dossiers parmi les inscrits. Ensuite auront lieu les qualifications régionales à Delémont, en avril 2020, lors du Salon interjurassien de la formation.

A l’issue de ces cinq jours, chaque région aura son champion micromécanicien CFC et dessinateur en construction microtechnique CFC. Ils formeront ensuite un binôme et tenteront de décrocher le sacre suprême à Berne. Un triomphe en équipe, mais chacun remportera le titre de champion suisse dans sa profession.

Ce long programme, qui se fera en parallèle aux apprentissages, demandera une charge de travail supplémentaire conséquente. «Finalement, c’est comme pour des sportifs d’élite: ils devront s’entraîner pour pouvoir faire un bon résultat. Être bien classé pourrait assurément être une ligne importante dans le CV de ces jeunes apprentis», détaille Séverine Favre. «Les participants vont manger et dormir SwissSkills durant ces quelques jours de compétition», ajoute Ludovic Voillat.

Pour cette première participation dans un système de compétition, force est de constater que les différentes parties prenantes semblent se réjouir de l’événement. «Le projet a immédiatement suscité un fort intérêt de la branche», se réjouit Ludovic Voillat. Les entreprises ont joué le jeu, comme le reconnaît Séverine Favre: «Tout le monde semble adhérer. Pour le concours, on aura besoin de gens qualifiés et avec des compétences d’experts. Cela demande de la rigueur dans l’évaluation.»

Bien que déterminé à prendre part aux SwissSkills dans les années à venir, la Convention patronale de l’horlogerie ne rêve pas pour l’heure aux WorldSkills. «C’est avant tout un métier de chez nous. L’important c’est de montrer la qualité de la formation professionnelle en Suisse et d’attirer des jeunes», conclut Ludovic Voillat.

En chiffres...

Les SwissSkills sont aujourd’hui le plus grand salon des métiers du pays. En 2018, près de 120’000 visiteurs se sont succédés sur les 100’000 mètres carrés de surface à disposition. Un événement qui accueille quelque 1000 participants provenant de 135 métiers différents, le tout pour un budget d’environ 16,5 millions de francs.

Informations et inscriptions :
https://metiers-horlogerie.ch/swissskills/

Afin d'assurer son bon fonctionnement, nous vous informons que ce site utilise des cookies. Consulter notre page relative à la Politique des données.